Retour Écho GCR

Plaques d’appui au-dessus des poteaux

Cette fiche porte sur la section 9.17. du Code de construction du Québec – Chapitre 1 Bâtiment 2005 – (« Code ») et particulièrement sur les poteaux d’acier,les poteaux de bois, les endroits où les plaques d’appui sont exigées, les dimensions minimales des poteaux de bois ainsi que la protection du bois contre l’humidité.

Les poteaux d’acier

Le domaine d’application de la partie 9 du Code est limité aux poteaux qui servent de support à au plus 2 planchers à ossature de bois ou 2 étages de balcon à ossature de bois. Au-delà, les poteaux doivent être conçus conformément à la partie 4 du Code. Les poteaux doivent être centrés sur leur semelle. Ils doivent, de plus, être ancrés afin de résister aux efforts de soulèvement et aux déplacements latéraux. Les poteaux en acier doivent comporter, à chaque extrémité, une plaque d’appui en acier d’au moins 100 × 100 mm sur 6,35 mm d’épaisseur et, s’ils supportent une poutre en bois, leur plaque d’appui supérieure doit être aussi large que la poutre.

Source : Code de construction du Québec – Chapitre 1 Bâtiment 2005, article 9.17.3.2.

Les poteaux de bois

Les dimensions des poteaux en bois ne doivent pas être inférieures à la largeur de l’élément supporté. Les poteaux de bois composé doivent être :

  • formés d’éléments de même longueur qu’eux;
  • d’une épaisseur d’au moins 38 mm, assemblés par des boulons d’un diamètre d’au moins 9,52 mm;
  • espacés entre axes est d’au plus 450 mm, ou fixés par des clous d’au moins 76 mm dont l’espacement entre axes est d’au plus 300 mm.

Enfin, bien que l’article 9.23.2.3. du Code stipule que la protection contre l’humidité des éléments d’ossature en bois n’est pas nécessaire si l’élément en bois se trouve à au moins 150 mm au-dessus du sol, les poteaux en bois doivent toujours être séparés du béton en contact avec le sol par une feuille de polyéthylène de 0,05 mm ou par un matériau de couverture en rouleau de type « S » et ceci, conformément aux exigences de l’article 9.17.4.3. Les dimensions et l’espacement des poteaux d’ossature des murs doivent toutefois être conformes au tableau 9.23.10.1 du Code.

Source : Code de construction du Québec – Chapitre 1 Bâtiment 2005, article 9.23.10.1.

 

D’après l’article 9.17.4.1. Dimensions du Guide illustré de l’utilisateur – CNB 2010 Maisons et petits bâtiments (Partie 9 de la division B), il est fortement recommandé d’utiliser des piliers courts en béton pour hausser le niveau des semelles au-dessus du niveau moyen du plancher du sous-sol.

 

Les endroits où les plaques d’appui sont exigées

Les poteaux creux en acier doivent comporter à chaque extrémité une plaque d’appui soudée. La plaque transmet la charge de la poutre au poteau et du poteau au béton, afin de répartir la charge sur une surface suffisamment large. Cette mesure permet de prévenir l’écrasement du béton sous les poteaux, ou l’écrasement du bois en partie supérieure des poteaux supportant une poutre de bois.

La plaque d’appui supérieure, ordinairement perforée pour en faciliter la fixation à la poutre, n’est pas requise si le poteau est soudé directement à une poutre en acier. Pour assurer la stabilité du poteau, on peut ancrer la plaque inférieure au plancher à l’aide de dispositifs de fixation mécaniques ou la noyer dans la dalle de plancher en béton.

 

Les dimensions minimales des poteaux en bois

L’article 9.17.4.1. du Guide illustré de l’utilisateur CNB 2010 – Maisons et petits bâtiments, précise les dimensions minimales des poteaux en bois et renvoie à l’article 9.35.4.2. du Code national du bâtiment (CNB) pour les poteaux des garages et des abris d’automobile.

Lorsqu’un poteau en bois est soumis à une charge verticale, sa résistance au flambage sera fonction de son rapport d’élancement (c’est-à-dire la longueur divisée par la dimension la plus faible). Plus le rapport d’élancement est élevé, plus le poteau a tendance à flamber. Par conséquent, un poteau formé de plusieurs éléments en bois ne sera pas aussi résistant qu’un poteau d’un seul tenant de section transversale équivalente, à moins que toutes ses sections soient reliées de manière qu’elles puissent être considérées solidaires.

On peut assurer la stabilité à la base d’un poteau en bois en encastrant un boulon dans le béton, puis en y fixant le poteau ou en utilisant des cornières et des boulons en acier. Les poteaux en bois doivent être séparés du béton en contact avec le sol, par une feuille de polyéthylène de 0,05 mm (2 mils) ou par un matériau de couverture en rouleau de type « S », afin de réduire les risques de pourriture. Bien que cette mesure ne soit pas obligatoire, il est fortement recommandé d’utiliser des piliers courts en béton pour hausser le niveau des semelles au-dessus du niveau moyen du plancher du sous-sol (voir l’illustration ci-jointe « Pilier court en béton »).

 

Protection contre l’humidité

Cet article exige la protection du bois contre l’humidité. Le béton en contact avec le sol se maintient en général à une température plus fraîche que l’air ambiant et, de ce fait, peut se couvrir de condensation en été. En outre, l’humidité du sol peut migrer jusqu’à la surface du béton.

Les éléments en bois qui reposent directement sur le béton (comme la lisse des murs intérieurs des sous-sols, les poteaux ou les fourrures fixées aux murs des sous-sols), peuvent absorber cette humidité et pourrir s’ils n’ont pas été traités avec un produit de préservation. La pose d’une membrane de protection contre l’humidité entre le béton et les éléments de bois, a pour but d’empêcher le transfert de l’humidité superficielle dans le bois et de réduire le risque de pourrissement. Par contre, si la surface du support de béton se trouve audessus du niveau où agit l’humidité, comme la lisse d’assise en partie supérieure d’un mur de fondation, cette protection n’est pas nécessaire.

Les matériaux d’ossature de bois qui reposent sur du béton en contact avec le sol ou avec du remblai, doivent être protégés contre l’humidité, tel qu’il est illustré à la figure 9.23.-4.

Source : Code de Construction du Québec – Chapitre 1 Bâtiment 2005, article 9.23.2.3.

 

Références

Pour en savoir plus concernant les plaques d’appui au-dessus des poteaux, GCRinvite les entrepreneurs à consulter le Code de construction du Québec Chapitre 1 – Bâtiment 2005 – principalement les articles suivants :

1.0 Code de construction du Québec Chapitre 1 – Bâtiment 2005 –
9.17.1.1. Domaine d’application
9.17.2.1. Emplacement
9.17.2.2. Support latéral
9.17.3.2. Plaques d’appui
9.17.4.1. Dimensions
9.17.4.2. Matériaux
9.17.4.3. Séparation du béton
A-9.17.2.2. 2) Support latéral des poteaux.
A-9.17.3.4. Calcul des poteaux en acier.
9.23.2.3. Protection contre l’humidité
9.23.6.2. Poteaux extérieurs
9.23.10.1. Dimensions et espacement

Cette fiche est basée sur l’état des connaissances disponibles au moment de son élaboration et ne constitue pas un avis ou un conseil technique. Elle est fournie uniquement à titre informatif et l’utilisateur assume donc l’entière responsabilité des conséquences pouvant résulter de l’utilisation de ladite fiche. En effet, il lui appartient de se référer, le cas échéant, à toute ressource appropriée à son projet. Conséquemment, GCR se dégage de toute responsabilité à cet égard.

@ Copyright 2017 - Garantie Construction Résidentielle