Quantcast
Retour Chronique d'un acheteur averti

Les paroles s’envolent, mais les écrits restent !

Pierre a toujours rêvé de se faire construire une belle grande maison à la campagne. Désormais à la retraite, il peut réaliser son rêve. Et Pierre, il voit grand : cuisine à aire ouverte avec comptoirs en granit, planchers de bois franc au salon, foyer aux granules, installation d’un système domotique, luminosité naturelle au maximum, rien que ça ! Toutefois, dans son projet, Pierre vivra un souci qu’il aurait pu facilement éviter si le tout avait été indiqué… sur papier.

Une inspection vite fait, bien fait ?

Au début de son projet, Pierre décide d’engager Robert, un entrepreneur en construction résidentielle bien connu et bien apprécié dans sa région. Les deux s’entendent bien et la communication est claire et constante lors de la construction de la maison.

Une fois la maison érigée, l’entrepreneur Robert informe Pierre qu’ils devront faire une inspection préréception, une obligation prévue dans la Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs. Pendant qu’ils font le tour de la maison, Pierre se rend compte de quelques éléments problématiques : la surface en acrylique de la baignoire est abimée à quelques endroits, un carreau de céramique du dosseret de cuisine est craqué et des égratignures sont visibles sur le plancher de bois franc au salon. Il le mentionne à Robert et celui-ci lui assure qu’il réparera le tout très prochainement, sans que les éléments constatés ne soient toutefois notés sur le formulaire d’inspection préréception.

Ça s’étire et ça s’étire

Peu après avoir emménagé dans sa nouvelle maison, Pierre vit le parfait bonheur, ou presque : les réparations n’ont toujours pas été faites. Il appelle alors Robert pour planifier un moment pour effectuer les réparations. Robert lui assure qu’il passera la semaine prochaine. À la fin de la semaine suivante, Robert n’est toujours pas passé. Pierre le rappelle. Robert s’excuse en lui mentionnant qu’il a eu une grosse semaine et promet de passer dans les jours suivants. Le temps passe et toujours pas de nouvelles.

Une décision décevante, mais pas surprenante !

Lassé d’attendre après Robert, Pierre communique avec GCR et décide d’ouvrir un dossier de réclamation en bonne et due forme. Après que Pierre ait suivi toutes les étapes du processus de réclamation, le conciliateur de GCR rend une décision dans laquelle il explique qu’il est contraint de devoir rejeter sa demande. Mais pourquoi ? Le conciliateur rappelle que GCR est là pour protéger les acheteurs. Toutefois, il n’y a aucune preuve écrite démontrant le moment où les problèmes sont survenus et lorsque les parties concernées en ont pris connaissance. Est-ce antérieur à l’inspection préréception ? Ou bien après la prise de possession de la maison ? Est-ce que ces problématiques sont survenues en raison d’une mauvaise utilisation (produits trop puissants pour nettoyer la baignoire, déplacements de meubles dans le salon) ? Impossible à savoir qui dit vrai entre l’entrepreneur et le consommateur. Pierre, un peu déçu, s’est alors souvenu de l’expression suivante : « les paroles s’envolent, mais les écrits restent ».

Pour vous éviter des pépins comme ceux de Pierre

Lors de l’inspection préréception, il est crucial de vérifier que tous les travaux convenus par écrit dans le contrat de vente sont terminés et de noter tous les travaux à corriger ou à parachever. Aussi, à moins que vous soyez un professionnel de la construction, nous vous recommandons d’être accompagné d’un professionnel du bâtiment membre en règle d’un ordre professionnel, comme un architecte, un ingénieur ou un technologue. Gardez une preuve écrite (courriels, textos) de toute communication avec votre entrepreneur. Il s’agit d’une excellente façon de minimiser le risque que des problèmes surviennent à la suite de la prise de possession de votre habitation.

Le répertoire des entreprises accréditées

Pour en savoir plus sur l’entrepreneur qui construira votre propriété, nous vous invitons à consulter notre répertoire des entreprises accréditées. Vous pourrez notamment savoir si votre entrepreneur est accrédité et si votre projet est enregistré auprès de GCR. Vous y retrouverez également d’autres renseignements pertinents.

Important : Garantie de construction résidentielle (GCR) est le seul organisme autorisé par la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) pour administrer le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs. Sachez que les informations provenant de GCR et de la RBQ prévalent sur toute information donnée par des tiers.

@ Copyright 2020 - Garantie Construction Résidentielle