Quantcast
Retour Fiches techniques

Protection des ouvertures contre les précipitations selon la norme A440.4-07

Méthode de protection contre les précipitations pour un niveau d’exposition « modéré » à « élevé ».

Référence au Code de construction du Québec, Chapitre 1 – Bâtiment, et Code national du bâtiment – Canada 2010 (modifié) (ci-après nommé Code) et à la norme CAN/CSA-A440.4-07, Installation des fenêtres, des portes et des lanterneaux (ci-après nommé A-440.4-07).

Veuillez noter que cette fiche fait partie d’un ensemble de fiches techniques à paraître et qui serviront à faire le point sur l’installation des fenêtres, des portes et des lanterneaux concernant leur mise en œuvre, leur isolation et leur protection contre les précipitations.

L’objectif de cette fiche technique est de présenter les méthodes de protection pour des conditions d’exposition de « modéré » à « élevé » tel qu’édicté par la norme A440.4-07.

Pour plus d’explications sur les exigences du Code en vue de l’application de la norme A440.4-07 pour l’installation des ouvertures et de la section 9.27. du Code portant sur les revêtements extérieurs, veuillez vous référez à la fiche technique FT-9.7.6.1. – 01 Niveaux de protection contre les précipitations selon la norme CAN/CSA-A440.4-07, déjà parue.

Parties d’une fenêtre à protéger

En matière de protection contre les précipitations, la norme A440.4-07 prévoit la protection de trois parties d’une fenêtre qu’elle nomme : lisse d’appui, jambage et traverse de tête (fig. 9.7.6.1. – 02.1).

 

 

1.Préparation de l’ouverture

Comme une majorité de constructeurs installent la membrane pare-intempéries au moment où les murs sont à plat avant leur levage, il faut ajuster certaines pratiques pour être en mesure d’installer, ultérieurement, les membranes sur les lisses d’appui, les protections pour les jambages et les traverses de tête ainsi que la bavette (ou solin de tête), le tout, conformément à la norme A440.4-07 et à la section 9.27. du Code.

Il faut donc couper la membrane de revêtement intermédiaire pare-intempéries (fig. 9.7.6.1. – 02.2) de manière à rendre possible chacune des étapes 1.

 

 

Consultez l’encart « astuce du métier » plus loin dans la fi che pour quelques recommandations sur les aspects à tenir compte lors l’exécution des séquences de travaux.

2.Exigences minimales de protection et de drainage de la lisse d’appui

Toute installation et toute fabrication d’une fenêtre peut, tôt ou tard, avoir une défaillance. Pour un niveau d’exposition « modéré » à « élevé », la norme CAN/CSA-A440.4-07 traite la lisse d’appui comme si l’eau pouvait s’y rendre (article 10.3.1. b)). On protège donc la base de la baie d’une fenêtre, comme si la fenêtre ou l’installation coulait. De cette manière, une défaillance dans le premier plan de protection ou dans la conception même de la fenêtre n’affectera pas les autres composantes du bâtiment et l’eau sera dirigée vers l’extérieur.

La lisse d’appui doit préalablement être façonnée avec une pente d’au moins 6 % (0.75 : 12) pour diriger l’eau vers la lame d’air drainante (fig. 9.7.6.1. – 02.3).

 

 

Ensuite, la lisse d’appui doit être protégée par une membrane installée en trois étapes : fig. 9.7.6.1. – 02.4, fig. 9.7.6.1. – 02.5 et fig. 9.7.6.1. – 02.6.

 

 

 

 

3.Exigences minimales de protection du jambage

L’article 6.1.3. de la norme CAN/CSA-A440.4-07 précise que la membrane de revêtement intermédiaire pare-intempéries doit être repliée sur les côtés de la baie (fig. 9.7.6.1. – 02.7).

 

 

4.Exigences minimales de protection de la traverse de tête

En vertu du même article de la norme (6.1.3.), une membrane de coin doit être ajoutée pour renforcer la jonction entre la traverse de tête et le haut des jambages pour ne permettre aucun point d’infiltration (fig. 9.7.6.1. – 02.8 et fig. 9.7.6.1. – 02.9).

 

 

 

Recommandations d’une protection supérieure aux exigences minimales pour les jambages et la traverse de tête

Pour assurer une meilleure protection, Garantie GCR recommande l’utilisation de membranes autocollantes pour les jambages et le haut de la baie, en plus de celle requise pour la lisse d’appui. Les coins doivent également être renforcés par une membrane de coin (fig. 9.7.6.1. – 02.10).

 

Exigence minimale de protection par une bavette (solin de tête)

Pour la protection du haut de la fenêtre, l’article 10.2.5.1 de la norme A440.4-07 indique que si le soffite ne procure pas une protection suffisante pour éviter que le haut de la fenêtre soit mouillé (fig. 9.7.6.1. – 02.11), celle-ci devra être munis d’un solin de tête qu’elle nomme : bavette (fig. 9.7.6.1. – 02.12).

 

La bavette doit être installée au-dessus de l’ouverture et elle doit être recouverte par la membrane de revêtement intermédiaire pare-intempéries (fig. 9.7.6.1. – 02.13) et (fig. 9.7.6.1. – 02.14).

 

Voir la fiche technique FT-9.27.3.8. – 01 Solins au-dessus des ouvertures, déjà parut pour plus de détails sur les critères d’installation des revêtements extérieurs en lien avec les exigences de la norme A440.4-07.

Pour plus de renseignements sur le façonnage d’un solin de tête (bavette), veuillez vous référer à la fiche technique FT-9.27.3.8. – 02 Solins au-dessus des ouvertures.

 

 

 

Conclusion

La méthode de protection pour des conditions d’exposition de « modéré » à « élevé » procure un contrôle des infiltrations d’eau optimal pour une majorité d’habitations. En adoptant les méthodes décrites dans cette fiche, le constructeur s’assure d’une bonne performance et d’une gestion simple et efficace pour protéger les ouvertures de ses bâtiments contre les infiltrations d’eau.

En revanche, il faut toujours tenir compte de l’emplacement réel du bâtiment et de tout facteur qui engendrerait la nécessité d’avoir recours à une méthode de protection supérieure de type « très élevé ». Les caractéristiques d’une protection supérieure de type « très élevé » impliquent entre autres l’utilisation de membranes de protection pour la protection des jambages et de la traverse de tête.

De plus, il faut alors prévoir une barrière verticale sur la lisse d’appui du côté intérieur de la fenêtre à l’extrémité de la pente, pour empêcher que l’eau poussée par de forts vents remonte jusqu’à l’intérieur du bâtiment.

Cliquez ici pour télécharger la version imprimable de la fiche technique FT-9.7.6.1. -02.

 

Cette fiche peut faire l’objet de changement sans préavis et il est du devoir de l’utilisateur de se référer à la dernière version disponible sur le site Web de GCR.

@ Copyright 2018 - Garantie Construction Résidentielle