Quantcast
Retour Fiches techniques

Travaux de maçonnerie par temps froid

La présente fiche technique souligne l’importance et la nature des précautions qui sont de mise pour l’exécution des travaux de maçonnerie par temps froid et met en évidence les problèmes et les conséquences liés aux mauvaises conditions de mise en oeuvre.

Référence au Code de construction du Québec, Chapitre I – Bâtiment, et Code national du bâtiment – Canada 2010 (modifié) (ci-après nommé Code)

Norme CSA-A179
Mortier et coulis pour la maçonnerie

Norme CSA-A371
Maçonnerie des bâtiments

Publication de l’Institut de la maçonnerie du Québec
Maçonnerie-info no. 11

Travaux de maçonnerie par temps froid

Maçonnerie-info no. 7-8r2
Le mortier

Définitions

Maçonnerie – ouvrage constitué d’éléments de maçonnerie liaisonnés au moyen de mortier et pouvant contenir du coulis et une armature ou d’éléments de maçonnerie ancrés mécaniquement et individuellement à une structure porteuse. [Extrait de la norme CAN/CSA-A371-14]

Mortier – mélange composé de liants hydrauliques, tels que le ciment ou la chaux, de granulats fins, tels que le sable, d’eau et d’adjuvants, utilisés pour jointoyer et lier les éléments de maçonnerie.

Travaux par temps froid

Dès que la température ambiante chute sous les 5 °C, les travaux de maçonnerie exécutés doivent être conformes aux exigences liées à la mise en oeuvre par temps froid.

Le Code

Il est important de préciser que Garantie de construction résidentielle (GCR) enregistre autant des bâtiments visés par la partie 9 que par les parties 3 à 6 du Code.

Rappelons ici que la partie 9 du Code vise les bâtiments d’au plus 600 m² d’aire de bâtiment, d’au plus 3 étages en hauteur et qui abritent entre autres des usages principaux du groupe C – habitations. Les parties 3 à 6 visent aussi les bâtiments qui abritent entre autres des usages principaux du groupe C – habitations, mais qui ont plus de 600 m² d’aire de bâtiment ou qui ont plus de 3 étages en hauteur.

Pour la partie 9 du Code, l’article 9.20.14.1. apporte la seule précision concernant la température d’exécution des travaux de maçonnerie des bâtiments visés par la partie 9.

Notons que le Code réfère à certaines normes concernant la maçonnerie et les mortiers (figure 9.20.14. – 01.2), mais aucune de ces références n’est liée à la mise en oeuvre par temps froid dans la partie 9.

Toutefois nous retrouvons un renvoi au paragraphe 9.20.3.1. 1) du Code pour la norme CSA-A179, laquelle nous donne finalement des précisions quant au mortier.

« Les matériaux cimentaires et les granulats qui entrent dans la composition du mortier et du coulis doivent être conformes à la norme CAN/CSA-A179, “Mortier et coulis pour la maçonnerie en éléments ».

Cette même norme (CSA-A179) interdit l’utilisation d’antigel et de chlorure de calcium dans le mortier.

« On ne doit pas ajouter au mortier ou au coulis d’antigels, de chlorure de calcium, d’antigélifs à base de chlorure de calcium, de sels, ni d’autres matières semblables pour abaisser le point de congélation ou accélérer le temps de prise ». [Extrait de la norme CSA-A179-14, article 5.5.4]

Bien que la mise en oeuvre de la maçonnerie par temps froid selon la norme CSA-A371 ne soit référée uniquement pour les bâtiments visés par les parties 3 à 6 du Code, elle n’en demeure pas moins la seule source normative apportant des précisions quant aux exigences liées à la mise en place par temps froid (figures 9.20.14. – 01.3 et 9.20.14. – 01.4).

C’est pourquoi nous considérons que la norme CSA-A371 fait office de meilleures pratiques pour la mise en place de la maçonnerie par temps froid des bâtiments visés par la partie 9 du Code.

Problématiques liées

Au même titre que le béton, c’est la réaction d’hydratation, qui correspond à la réaction chimique entre l’eau et les liants hydrauliques tels le ciment Portland et la chaux, qui font en sorte que le mortier va durcir.

De ce fait, le mortier, au même titre que le béton, devra subir une cure et être protégé des conditions extrêmes de température et de vent pour acquérir les propriétés finales désirées.

Lors de basses températures, l’hydratation peut ralentir ou même s’arrêter.

Advenant le gel de l’eau dans le mortier, cela va entraîner la désagrégation du mortier par l’expansion du volume de l’eau transformée en glace. Le mortier va se détériorer rapidement et affecter grandement la durabilité et la pérennité de l’ouvrage.

Problème associés :

  • Mauvaise maniabilité du mortier
  • Propriétés mécaniques finales des joints de mortier amoindris (compression, flexion, traction et cisaillement)
  • Mauvaise adhérence du mortier et des éléments de maçonnerie (liaisonnement)
  • Problématique d’alignement vertical (glissement) (figure 9.20.14. – 01.1)
  • Formation d’efflorescence plus importante sur l’ouvrage fini
  • Désagrégation des joints de mortier
  • Durée de vie utile de l’ouvrage grandement diminuée

Conséquences

Selon l’Institut de maçonnerie du Québec (maçonnerie-info no.11), un ouvrage de maçonnerie affecté par le gel ne peut être corrigé par un simple rejointoiement.

Il faut reprendre l’ouvrage en entier.

Il va sans dire que les délais et les coûts associés à ce problème sont importants.

Pour des travaux par temps froid sans problème

La solution est simple et réside dans une bonne planification et une bonne organisation, dont :

  • Envisager de réaliser les travaux en conditions plus clémentes (> 5 °C)
  • Vérifier les prévisions météorologiques à court et moyen termes
  • Prévoir les mesures qui seront employées pour les conditions par temps froid et s’assurer de leur disponibilité lors des travaux
  • Assurer un bon suivi des conditions de réalisation (température, vent)
  • Appliquer les mesures prévues le cas échéant

Conclusion

Une mauvaise réalisation des travaux de maçonnerie par temps froid peut avoir de fâcheuses et coûteuses conséquences.

Si l’envergure des travaux de maçonnerie ou les obligations liées à la livraison de ceux-ci ne justifient pas qu’ils soient réalisés en saison froide, il est recommandé de planifier les travaux à partir du printemps jusqu’à l’automne. Cela permet d’éviter des coûts supplémentaires liés à la réalisation adéquate de la maçonnerie par temps froid.

Cliquez ici pour télécharger la version imprimable de la fiche technique FT-9.20.14. – 01.

 

Cette fiche peut faire l’objet de changement sans préavis et il est du devoir de l’utilisateur de se référer à la dernière version disponible sur le site Web de GCR.

@ Copyright 2019 - Garantie Construction Résidentielle