Retour Écho GCR

Protection contre la pluie – solins posés au-dessous d’un appui de fenêtre en maçonnerie jointoyée

Voici les exigences des solins sous les appuis en maçonnerie des fenêtres de la section 9.20. du Code de construction du Québec – Chapitre 1 – Bâtiment 2010. Pour illustrer le tout, vous trouverez dans la présente fiche, des images de la pose des solins sous les appuis des fenêtres dans un mur à protection dissimulée recouvert d’un parement de maçonnerie.

 

Pour télécharger la version pour impression, cliquez ici >

En appliquant l’article 9.20.13.4., il est possible d’installer un solin métallique directement au-dessous de l’appui et que ce solin ne traverse pas la cavité murale pour se connecter à la membrane de protection du seuil en bois à l’intérieur du revêtement, en autant que le solin remonte derrière l’appui à l’arrière et aux extrémités.

Dans le cas d’un solin doté d’une membrane, puisque ce solin ne peut remonter derrière l’appui et ainsi conserver ses propriétés structurales, il doit être connecté à la membrane de protection du seuil en bois à l’intérieur du revêtement intermédiaire tel qu’illustré ci-dessous.

© Copyright 2017 – Garantie Construction Résidentielle

 

Vous trouverez dans les documents cités ci-dessous, les références aux solins posés au-dessous d’un appui de fenêtre en maçonnerie jointoyée.

 

Code de construction du Québec  Chapitre l – Bâtiment et Code national du bâtiment – Canada 2010 (modifié)

Section 9.20. Maçonnerie au-dessus du niveau du sol

9.20.13. Protection contre la pluie

9.20.13.3. Emplacement

  1) Dans les murs ou contre-murs extérieurs en maçonnerie, un solin doit être posé :

      a) au-dessous des appuis de fenêtre en maçonnerie jointoyée;

9.20.13.4. Prolongement

  1) Les solins posés au-dessous d’un appui de fenêtre en maçonnerie jointoyée ou au-dessus d’une ouverture doivent partir de la face extérieure de la maçonnerie et              

remonter derrière le linteau ou l’appui.

9.20.13.6. Solins sous chantepleures de contre-murs extérieurs en maçonnerie

  2) Les solins posés sous les chantepleures du contre-mur extérieur en maçonnerie d’un mur à ossature de bois doivent déborder d’au moins 5 mm par rapport à la face extérieure de l’élément de construction au-dessous du solin et remonter de 150 mm le long du mur à ossature de bois.

  3) Si un mur à ossature de bois est recouvert d’une membrane de revêtement, d’un revêtement extérieur isolant rigide ne contenant pas de bois ou d’un isolant semi-rigide comportant une membrane de revêtement intégrée, les solins doivent remonter derrière la membrane de revêtement ou l’isolant.

  4) Les solins décrits au paragraphe 2) peuvent être conformes aux exigences du tableau 9.20.13.1. relatives aux solins dissimulés.

9.20.13.8 Chantepleures exigées

  1) Il faut prévoir des chantepleures espacées d’au plus 800 mm en partie inférieure :

a) de vides de murs creux; et

b) de vides ou de lames d’air de contre-murs extérieurs en maçonnerie.

9.20.13.12. Larmier sous un appui de fenêtre

  1) S’il n’y a pas de solin sous un appui de fenêtre, il doit y avoir un larmier à au moins 25 mm du mur.

 

Norme A371-04 Maçonnerie des bâtiments

12.4.2.2

Les solins et les barrières d’étanchéité doivent :

a) être continus sur toute leur longueur (ou, lorsque des recouvrements ou des joints s’imposent, ils doivent être garnis d’un mastic ou d’un autre matériau approuvé et rendis étanches) ; et

b) être rendus étanches lorsqu’ils aboutissent à un poteau.

Les extrémités des solins noyés dans la maçonnerie ou les solins qui aboutissent contre des éléments verticaux doivent se terminer par un dispositif de retenue.

Note :  Des solins constitués d’une membrane en bitume modifié, d’élastomère en EPDM ou de métal enduit de PVC devraient être fixés aux surfaces par la chaleur, des solvants, des adhésifs ou par autocollage de manière à être entièrement collés.

 

Norme A-440.4-07   Installation des fenêtres, des portes et des lanterneaux

10.2.5.2

La bavette doit :

a) être une pièce continue, assez longue pour couvrir la totalité de la traverse de tête de la fenêtre ou de la porte, sous réserve de l’article 10.2.5.5 ;

b) avoir une pente d’au moins 6 % (5,4°) vers l’extérieur afin d’empêcher que l’eau ne s’écoule le long du solin et ne pénètre dans le mur aux coins supérieurs des fenêtres ;

c) se prolonger vers le haut derrière la membrane de revêtement intermédiaire ou le revêtement isolant installé au lieu de la membrane de revêtement intermédiaire, sur au moins 50 mm (2 po) ;

d) se prolonger d’au moins 19 mm (3/4 po) au-delà de la face du dormant de la fenêtre ou de la porte et comporter un larmier pour empêcher le refoulement ou le ruissellement de l’eau dans la fenêtre ou la porte ;

e) se prolonger horizontalement au-delà de la garniture au coin supérieur de la fenêtre ou de la porte sur toute la largeur du joint entre la fenêtre ou la porte et le revêtement ; et

f) se terminer à chaque extrémité dans un arrêt d’extrémité :

(i) mesurant au moins 25 mm (1 po) de hauteur ou 1/10 de la valeur de la pression de la pluie chassée par le vent de 1:10 en Pa ; et

(ii) de la hauteur établie à l’alinéa f) (i), se prolongeant jusqu’à la face du revêtement adjacent.

10.2.5.3

Dans le cas des solins segmentés qui ne comportent pas de joints soudés ou étanches, on doit installer une membrane d’étanchéité secondaire sous le solin pour empêcher l’infiltration d’eau.

10.2.5.4

Le revêtement doit recouvrir la bavette et être placé à au moins 6 mm (1/4 po) au-dessus du solin pour éviter un effet de capillarité.

10.2.5.5

On présume que, si un bâtiment est recouvert d’un parement ou de stuc, les brides intégrées aux fenêtres, aux lanterneaux et aux portes permettent de rejeter l’eau. Ce n’est toutefois pas le cas pour la grande majorité des fenêtres, des portes et des lanterneaux présentement fabriqués. Ces fenêtres, portes et lanterneaux doivent être installés avec une bavette s’ils sont exposés aux intempéries. La disposition à l’article 9.27 du CNBC s’applique seulement aux fenêtres et aux portes qui sont installées sur la face extérieure de revêtements métalliques à joints agrafés essentiellement plats, comme ceux qu’on posait autrefois sur les petits bâtiments préfabriqués. Dans ce cas, la bride doit être enfouie dans un produit d’étanchéité non durcissant et vissée dans le dormant pour former un joint étanche avec le revêtement du mur.

Cette fiche est basée sur l’état des connaissances disponibles au moment de son élaboration et ne constitue pas un avis ou un conseil technique. Elle est fournie uniquement à titre informatif et l’utilisateur assume donc l’entière responsabilité des conséquences pouvant résulter de l’utilisation de ladite fiche. En effet, il lui appartient de se référer, le cas échéant, à toute ressource appropriée à son projet. Conséquemment, GCR se dégage de toute responsabilité à cet égard.

@ Copyright 2017 - Garantie Construction Résidentielle